Fred Fliege

Destin et figures du père

Psychanalyste et écrivain, qualifié Maître de Conférences en psychologie clinique, chercheur au CNRS et Chargé de Cours à l’Université de Montpellier III depuis 2002, F.Fliegefigure parmi les pionniers de « la psychanalyse hors les murs ».

Mais il est surtout réputé pour avoir, le premier, soigné efficacement des sujets psychotiques.

Cette recherche – visant à repérer les mécanismes psychiques à l’œuvre dans la marginalisation sociale – se situe à cheval entre l’enquête sociologique et l’investigation psychanalytique.

Extraits : « Les processus d’exclusion sociale, à l’œuvre dans la plupart des sociétés, semblent s’accompagner fréquemment de souffrances psychiques particulières dans notre ère postmoderne, caractérisée par l’insécurité sociale, de la peur de l’autre ou des alliances communautaires.

Lors de mes interventions, je suis confronté, au quotidien, à de telles personnes, dépossédées de la maîtrise de leurs conditions d’existence, mais aussi de toute ambition, de tout espoir.

Cette investigation ne porte que sur les cas de figure où l’exclusion sociale n’est ni choisie ni sublimée, mais où elle est vécue comme une « mise au ban » forcée, non assumée par le sujet, et en tant qu’elle peut faire symptôme.

Depuis environ dix ans, la population des exclus, dans la ville de Montpellier, connaît un accroissement prodigieux. Ce développement coïncide par ailleurs avec une véritable explosion des demandes de prise en charge adressées à SOS-PSY.

Enfin, depuis le début de l’expansion de ce phénomène, je me vois confronté à des patients dont l’analyse semble stagner, et qui se montrent réfractaires à la poursuite de la cure en cabinet ».

« A l’heure actuelle, tandis que d’autres manifestations pathologiques, tels que la dépression et la désocialisation, perdurent, les discours subjectifs apparaissent comme figés autour de la question du désamour paternel.

Par conséquent, l’on peut envisager l’éventualité d’un lien causal et/ou structurel entre, d’une part, cette destinée «hors du monde», et, de l’autre côté, l’éprouvé subjectif du défaut d’amour et de reconnaissance par le père ».

« En vue de circonscrire les mécanismes inconscients ici à l’œuvre, j’ai échafaudé une série de propositions portant sur d’éventuelles conditions supplémentaires, non répertoriées par les théories psychanalytiques actuelles, de validation de la métaphore paternelle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *